Ce Pays qui n’aime pas les femmes

Les rues de mon pays n’aiment pas les femmes. L’acte de marcher simplemen, visage, cheveux, et bras à l’air devient dans ce contexte social un défi à risque majeur… Une révolution, un acte de résistance… J’exagère? Essayez d’emprunter ce corps à traits féminins, et à rondeurs, et prenez la route, marchez et tentez tout bêtement de profiter du soleil. ça relève de l’impossible.
Les plus intéressantes de mes mésaventures furent devant le parlement algérien, entre quartiers populaires, et quartiers chic, au cœur de la capitale on est pas en sécurité.
Peu importe la tenue vestimentaire, peu importe le rang social ou le poste occupé. Peu importe qui il est, l’Algérien méprise la femme… Et moi qui ne me tais jamais, face a ces regards pleins de haine, de frustration, face a ces mots qui vous réduisent en un rien. Comment voulez vous que je baisse ma tête et que je continue à marcher comme si j’ai rien vu, rien entendu. Oui je m’arrête, je rends les insultes, je rends les regards… Je crache sur leurs visage. Nous les femmes en Algérie sommes là majorité dans tous les domaines, mais nous restons opprimées, beaucoup trop lâches pour mener une révolution ou simplement dire Basta, Barakat. Faire le changement, être le changement, contre la loi qui ne nous protège pas, contre ce livre scolaire qui dicte notre place en cuisine a 10 ans déjà et qui instaure le dictât patriarcal fourré dans des cervelles encore vierges. Révolte? ou Révolution? contre cet immam qui appel à nous opprimer, frapper, nous soumettre par la force… se lever, se relever, quitte a en crever sous les coups de ceux qui au nom de Dieux font de nous l’éternel esclave.
Contre ce code de la famille machiste, contre ces firmes qui font de notre corps un objet de marketing.. Contre la société rétrograde… Contre tous ces violeurs, ces voleurs, ces fou… contre nous, les femmes, qui sommes trop lâches pour reprendre en main nos vies. L’absurde, c’est de vivre dans un pays qui te donne le droit a être président! mais celui de te marier, de voyager, ou de respirer sans tutelle.
Révoltons nous contre ces femmes que nous sommes, qui apprennent à leurs filles comment être pudiques, comment s’adapter au statu de citoyen second degrés au lieux de leurs apprendre a se libérer.
Marchons tête haute, aimons, choisissons nos compagnons ou simplement ayons la liberté de ne pas en avoir.

Par : Imane-C 13/10/2015
#levonsnosmajeurs. #soyonsimpudiques

14470594_1038801142885639_4188796102720195678_n

Publicités

22 commentaires sur « Ce Pays qui n’aime pas les femmes »

  1. C’est vrais que le harcèlement de rue prend tout ces proportions je ne croit pas que ça relève de la haine envers les femmes c’est le complexe et la frustration qui laisse les incultes réagir comme ça je trouve ça vraiment minable

    J'aime

    1. ce sont les femmes qui ont une haine contre les femmes, pour les algériens les femmes sont des idoles parfois adorées par obsessions; je pense que l’auteur s’est trompé de pays nous ne sommes pas en Inde où les femmes sont répudiés en trois mots ou violées parce qu’elles s’aventurent la nuit, j’ai voyagé du Nord de l’Algérie jusqu’à Regane avec un groupe de femmes , elles ont partout été accueillies dans les domiciles et dans les zaouiates; Nouria Benghabrit étaient avec nous en 1982: celui qui a écrit cet article est un MAKaque apatride amateur de la médisance; partout dans le monde sont harcelées mais pour leur look pas pour leur condition de femme

      J'aime

    2. La haine, l’inculture ok c’est surement vrai mais cependant la peur schizophrénique de perdre le pouvoir de vie ou de mort sur les femmes rejaillit dans le récit de cette femme.

      J'aime

  2. Cette phrase résonne en moi comme une lame salée sur une plaie béante. « Tu es comme tous les arabes: tu naimes pas les femmes »…Ma mère, francaise, vengeresse libérée depuis peu du joug de mon père algerien violent, m’en hurlait une assez proche, quand, enfant vers 10 ans, je me disputais avec mes soeurs jumelles au milieu desquelles je ne trouvais pas ma place. Le problème est que je la croyais docile et loyal et ai développé les syndromes de ce mâle archétypal que je n’avais pas encore en moi, protégeant ses peurs d’abandon et de rejet face aux femmes en voie de libération comme chacun ici bas devrait sur les voies spirituelles de l Être…je suis triste. Bon courage à toutes et tous. La vie a toujours raison.

    Aimé par 1 personne

  3. Merci … Pour CE cri qui sommeil en chacunes d entre nous! On pense etre seule a penser comme toi Imane, mais nous Sommes en realite des millions de femmes algeriennes qui veulent aussi crier  » y en a marre!!! « Wech dakhlek  » ….
    Si L EDuCATion nationale faille a sa part de responsabilite c est a nous « Maman » de combler CE meant et faire barrage a ces ignorants…
    Pour ma fille,pour Nos Filles !

    J'aime

  4. Comme vous avez raison, et comme vous êtes courageuse, comme beaucoup de femmes Algériennes, et l’on toujours été…
    Mais comme c’est triste de voir que ce pays magnifique fait marche arrière sur ce plan, alors qu’il y a 30 – 35 ans cela n’etait pas comme ça…
    Que c’est-il passé…
    Je vous admire et vous souhaite bon courage dans votre combat que je soutiens au maximum…

    J'aime

  5. S il vous plait corrigez les fautes d orthographe…
    Je suis tout à fait d accord avec vous. La prochaine révolution est une révolution sexuelle, culturelle!
    Bien à vous. Florian

    J'aime

  6. Vous exagérez ! On croit qu’on parle d’Afghanistan!! Vous cherchez quoi exactement ? On est Plus d’un million de femmes algériennes qui ne portent pas le foulard et qui vivent normalement et avec tout le respect qu’on leur doit de même qu’une algérienne voilée! Toutes les femmes sont draguées qu’elles soient voilées ou non et ça c’est partout dans n’importe quel pays je vois pas pourquoi vous obstinez à nous présenter de cette façon je suis d’accord avec vous quand vous dites que les hommes méprisent la femme (et c’est partout dans le monde figurez vous mais bien sur d’une maniere differente ) mais à certain pourcentage , et se sont ces hommes arriérés analphabèt ingnorants qui se croient audessus des femmes (heureusement qui sont une minorité!).

    J'aime

    1. Je ne suis pas entièrement d’accords avec vous. Je ne sais pas quel âge vous avez, ou par exemple quels endroit vous côtoyez mais moi, dès l’âge de 12 ans, je me faisais déjà accoster dans la rue par des hommes impolis, des hommes qui vous chuchote des choses lorsque vous passez innocemment votre chemin sur le marché, qui vous regarde avec cet vicieux et franchement dégueulasse. Ca en est presque traumatisant. Je continuais mon chemin les yeux fixés sur le sol, comme si j’avais fait quelque chose de mal. Je ne crois pas qu’il en soit ainsi partout, pas du tout. On croit tous que c’est chose normale, mais sortez un peu de votre zone de confort, allez voir le monde et vous verrez que les choses bien différentes. Je vis actuellement en Norvège et je peux vous assurer que, que ce soit en plein jour ou à 3 heure du matin, personne ne vous parle lorsque vous êtes dehors. Et si l’on vous parle, c’est avec le plus grand des respects pour votre personnes.

      J'aime

  7. L’exagération comme d’habitude, oubliant au passage que ces voyous ont tous une mère qui n’a pas élevé son rejeton comme il se doit.
    Si la société par en sucette c’est que la mère est aux abonnés absents, en d’autres termes, là où les mères ont laissé volontairement la rue éduquer leurs progéniture, on retrouve ces voyous avec leur réflexes primitifs et qui empoisonnent la société tout entière et pas seulement la junte féminine.
    Y aura t-il des femmes assez courageuses pour le reconnaître? J’en doute fortement vu l’hypocrisie ambiante.

    J'aime

    1. la mère n’est pas la seule reference sur laquelle se penche un enfant lors de sa socialisation. C’est vrai que les parents jouent un rôle majeur dans cela mais il en va de même de l’école, des fréquentations. Il est des choses que les parents ne peuvent pas tout simplement arreter.

      J'aime

    2. Non la femme est non seulement fautive mais elle est toute fière quand son fils de 12 ans bat à sang sa sœur aînée de 20 ans pour l’éduquer et « lui apprendre les bonnes manières » et la mère demande à sa fille de respecter son frère c’est à dire de tout accepter Pour beaucoup de mères c’est ça la bonne éducation

      J'aime

    3. Je suis d’accord avec vous quand vous dites que les mères ont failli à leur tâche ,.pire,elles sont elles mêmes misogynes et inculquent cela à leur progéniture mâle.Elles élèvent le garçon contre la fille, par la suite cela devient la moitié de la société contre l’autre moitié. Imene n’exagère nullement en décrivant l’enfer du harcèlement quotidien (violent,brutal,grossier,lourd,sauvage ..) l’homme décide de harceler ,il a le droit, si tu refuse,il s’estime offensé ce qui lui donne le droit de te frapper,renverser ou même t’écraser sous les roues de son véhicule et te tuer.Souvenez vous de la jeune femme de M ‘ Sila tuée ainsi. Il y ‘en a d’autres.Oui cette société hait les femmes. Elle lui fait supporter tous les maux du pays :le chômage, la sécheresse, les séismes. ….Eh oui,tout cela est la faute des femmes. Des imams font des prêches incendiaires contre les femmes. Ceci donne le droit aux »HOMMES  » de maltraiter toutes les femmes sauf celles protégées par des parents puissants ou par la fortune,qui ne sont donc pas à leur portée. Les filles du peuple subissent l ‘enfer au quotidien .Le harcèlement est un fléau, ce n’est pas un jeu pour la victime, c’est un frein. Il faut sévir pour l’arrêter.

      J'aime

  8. Tout à fait vrai! Qu’est ce qu’on entend comme obscénités en marchant, en attendant un taxi, en courant bref, en étant dans la rue simplement! Après c’est un sujet de polémique par définition, s’agissant de tabous inavoués et aussi lourds à soulever qu’une montagne! Mais, que c’est courageux de voir des gens dirent les choses crument; simplement comme elles sont

    J'aime

  9. ce sont les femmes qui ont une haine contre les femmes, pour les algériens les femmes sont des idoles parfois adorées par obsessions; je pense que l’auteur s’est trompé de pays nous ne sommes pas en Inde où les femmes sont répudiés en trois mots ou violées parce qu’elles s’aventurent la nuit, j’ai voyagé du Nord de l’Algérie jusqu’à Regane avec un groupe de femmes , elles ont partout été accueillies dans les domiciles et dans les zaouiates; Nouria Benghabrit étaient avec nous en 1982: celui qui a écrit cet article est un MAKaque apatride amateur de la médisance; partout dans le monde sont harcelées mais pour leur look pas pour leur condition de femme

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s